Ca s'est passé près de chez vous

Un dimanche à la Bourse aux Plantes Sauvages, une opportunité à ne pas manquer!

Un beau jour de novembre (eh oui, il en existe!), Valériane et Sylvain ont la bonne idée de profiter de leur dimanche pour visiter la bourse aux plantes de Natagora. «A la sainte Catherine, tout arbre prend racine» dit Sylvain, «voilà l’occasion d’embellir notre jardin».

Première surprise: celle de se trouver dans une ruche où tout le monde, acheteurs et bénévoles, s’affaire, les uns pour trouver leur bonheur, les autres pour les aider dans leur quête. Mais c’est bien plus une atmosphère de fête que de fébrilité! D’ailleurs, Valériane remarque très vite des amis et connaissances avec qui échanger et passer un peu de bon temps sur le thème des jardins ou … des enfants qui grandissent si vite. Et les musiciens du groupe Swing That Bird en plein concert rend l’atmosphère encore plus joyeuse, sans oublier toutes les petites frimousses maquillées avec art en chat, en tigre, ou en œuvre d’art moins figurative.

Animation musicale du groupe "Swing That Bird"
Stand "Grimage"

Sylvain ne peut réprimer un «Wow oufti!» quand il apprend la modicité des prix pratiqués. Le portefeuille ne sera pas mis à mal par l’achat de 2 arbres, de quelques arbustes, plantes grimpantes et petits fruitiers tels le groseillier et le framboisier.

Stand "Arbres et arbustes"
Stand "Plantes grimpantes"

Valériane aurait bien acheté un figuier, mais le vendeur bénévole lui explique que seules les plantes autochtones sont ici en vente, car Natagora a la volonté de privilégier tout ce qui contribue à améliorer la biodiversité. Et quoi de mieux pour plaire à notre faune que les espèces avec lesquelles elle a une relation d’interdépendance? Parfois, une espèce bien précise de plante est même indispensable à la survie d’un insecte! De plus, des plantes de qualité, alliées à la spécificité des biotopes de chez nous et bien adaptées à notre climat, garantissent la meilleure reprise possible et la promesse d’un jardin réussi, pour autant que les règles de bonne plantation soient respectées!

Pour le printemps et l’été suivants, Valériane se fait conseiller une gamme de graines de fleurs adaptée aux différentes expositions existant dans leur jardin, plantes d’ombre ou de lumière. Et aussi aux caractéristiques du sol. Sans oublier les époques de plantation. L’idéal serait une floraison étalée sur toute la saison.

Stand "Graines"
Stand "Plantules"

Déjà 13 heures! La faim se fait sentir et c’est le moment de casser la croûte avec les suggestions alléchantes et bio, l’occasion de se délecter en papotant avec les uns et les autres. Les plus curieux sont invités à participer à une conférence sur les méthodes de teinture par les plantes...passionnante!  Décidément, tout a été prévu pour agrémenter la journée des visiteurs: voici qu’une séance d’improvisation théâtrale débute! A ne pas rater, vraiment. Mais l’après-midi avance à toute vitesse. Le temps manque pour assister aux «Contes du coquelicot» et il est temps de découvrir les stands, que ce soit celui d’Aves et sa librairie, celui des petites abeilles d’Apis Bruoc Sella, celui des maraîchers du Début des Haricots, celui de la ferme «Les Pilifs», et bien d’autres encore. Un passage au stand de Natagora est une excellente occasion de se faire membre, ou même d’en savoir plus sur le rôle des bénévoles! Plus nombreux nous serons, mieux la nature sera défendue.

Atelier "Teindre avec les plantes du jardin"
Atelier "Cuisine buissonnière"

Valériane et Sylvain reviendront sûrement à la Bourse aux Plantes Sauvages de l’an prochain et peut-être à d’autres activités organisées par Natagora. Au travers de cette journée fructueuse en trucs et astuces de jardinage, ils ont compris l’importance des plantes indigènes et sont bien décidés à les protéger.

Quoi de mieux pour chouchouter notre jardin en donnant toutes ses chances à une biodiversité plus riche?

 

André Houbart (novembre 2018)


12 mois d'activités en images : 2017

Le moment fort de 2017 fut indéniablement la célébration des 10 ans de Natagora Bruxelles aux Halles Saint Géry. Mais les activités de notre régionale ne se sont certainement pas limitées à cela! Expo itinérante, promenades guidées, gestion de la réserve du Broek à Uccle: voici quelques unes des activités qui ont marqué l'année.

Pour en savoir plus, consultez notre rapport d'activités pour l'année 2017. Bonne lecture!


Les Jardins participatifs : Natagora Bruxelles participe à ce beau projet à Etterbeek !

La fascine réalisée en septembre 2017 (Photo: F. Davila)
Une vue de la fascine et du talus (Photo: F. Davila)

Les Jardins participatifs d’Etterbeek s’étendent sur 2700 m² le long des voies ferrées, à l’arrière de l’avenue Nouvelle, à Etterbeek. Une dizaine d’associations développe et fait vivre ce lieu de rencontre, d’échange et de détente axé sur la découverte de la nature et le jardinage urbain. Natagora Bruxelles y gère notamment une mare (qu’elle a créée) et un talus en friche, et y effectue régulièrement des animations.

Au départ, mon intention était de faire un petit article sur la fête annuelle des Jardins Participatifs d’Etterbeek. Mais entretemps Francisco Davila, qui gère avec Agnès de Vinck et Claire Baudoux la friche surplombant la mare, m’a fourni des éléments intéressants sur l’avancement de leur projet.

Je me limiterai donc, concernant la fête, à me réjouir de l’intérêt des visiteurs qui ont échangé avec nous à propos de la mare et de la friche. Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées sur le site des Jardins, même si tous n’ont pas poussé l’exploration jusqu’à la mare, bien éloignée du lieu d’accueil et des divers stands. L’ambiance était comme toujours très conviviale et musicale et je vous convie à nous rejoindre en septembre prochain, ne serait-ce que pour déguster les variétés de pommes et de poires du verger ou le miel du rucher.

Venons-en donc à cette friche qui constitue un fameux défi pour Francisco, Agnès et Claire. Le site est constitué d’un talus d’environ 30m de long, 7m de profondeur et 4m de dénivelé, au pied de ce talus se trouve aussi un petit espace plat, devant la mare. La pente du talus est raide, le sol est très argileux avec des connotations calcaires et exposé plein sud. Lorsque le sol se retrouve à nu il est extrêmement sec et dur.

Le talus était destiné à devenir un endroit d’accueil pour la biodiversité locale et a été laissé en friche pour que la nature s’exprime pleinement et accueille un maximum d’espèces sans contraintes.

Malheureusement le milieu urbain dans lequel se trouve le site (notamment le long du chemin de fer) ne permet pas un développement équilibré des espèces, et est très vulnérable face aux plantes invasives. Ainsi, en laissant le terrain se développer sans action humaine, des buddleias (arbre à papillon) atteignant 4m de haut et des renouées du japon (plantes exotiques très invasives à Bruxelles) ont pris le dessus et colonisé le site.

Le projet a pour but de lutter contre les plantes invasives, et de rendre ce site le plus accueillant possible pour une faune dont l’habitat est de plus en plus réduit. Ainsi, avec l’aide précieuse de la commune d’Etterbeek, nos 3 bénévoles mettent en place un système qui devrait permettre au plus grand nombre d’insectes, oiseaux et de plantes indigènes d’y trouver un refuge.       

Étapes d’avancement du projet          

Les actions se sont divisées en plusieurs étapes :

Lors du démarrage du projet, un contact a été établi avec les responsables communaux du site (service éco-conseil), et avec les responsables techniques du Jardin Jean Massart, qui ont fait part de leur expérience et conseillé quant aux techniques et espèces à utiliser.

Les arbustes de buddleia ont été coupés par la commune en avril 2017. Deux techniques sont actuellement testées sur le site (et leur efficacité est comparée) pour dévitaliser les souches et permettre d’éliminer les arbustes invasifs sans devoir les déraciner. Les rejets de renouées du Japon ont été arrachés systématiquement. La méthode utilisée ici vise à dévitaliser l’ensemble du complexe racinaire.

Une action d’identification des plantes présentes a été menée par Claire Baudoux et Sophie Vanderschueren. Les deux biologistes ont mis en évidence la présence de 25 espèces différentes dont certaines sont apparues suite à l’élagage des buddleias et à l’arrachage des renouées du japon.

Une fascine (superficie entourée d’un rempart en branches tressées) a été mise en place en bas du talus en septembre 2017, afin de collecter et recycler sur place les matières organiques en provenance du talus. Elle a été fabriquée avec des matériaux présents sur place, et elle est constamment alimentée par les restes d’élagage des jardins participatifs. La fascine sert de lieu de compostage mais aussi de stock de matières qui serviront de paillis pour le talus.

Des arbustes utiles pour la biodiversité ont été plantés sur le talus en novembre 2017. Des recherches ont été menées pour choisir les espèces, les critères retenus sont l’origine, la rareté, la robustesse, la période de floraison, la profondeur des fleurs (afin de privilégier les abeilles et polinisateurs sauvages), la taille des fruits (afin qu’ils puissent être consommés par des oiseaux), la densité du feuillage (pour servir d’abri à un maximum d’animaux et pour concurrencer efficacement les plantes invasives présentes sur le site). Des bulbes et autres plantes annuelles ou vivaces sont ou seront plantées dans de très brefs délais. La bourse aux plantes a été bien utile à ce propos.

Des nichoirs à oiseaux seront posés au début du printemps sur les parties supérieures du talus et il a été discuté d’installer des nids à chauves-souris.

D’ici quelques mois, les visiteurs pourront constater la transformation du site, qui mettra en valeur la mare adjacente. Bienvenue à tous les visiteurs !

André Houbart

Sur base du rapport complet de Francisco Davila

Adresse des Jardins Participatifs : Avenue Nouvelle, 1040 Etterbeek ; entrée entre les n° 171 et 173

Article publié à l'origine dans la Feuille de Chou n°62 (Janvier-Février 2018)


20 mai 2017 : Natabru en visite entre Meuse et Lesse

Encore une belle journée pour notre 4e sortie annuelle au cœur d’une autre Régionale !  L’accueil que nous avons reçu de la part des volontaires d’« Entre Meuse et Lesse » a largement contribué à la réussite de cette visite d’une région caractérisée par ses sites calcaires.

De milieux humides en pelouses sèches, les paysages ont été aussi variés que superbes.

La matinée a été consacrée au parc naturel géré par « Ardenne et Gaume » à Furfooz. L’aspect historique du lieu (grottes et cavernes, thermes romains, oppidum…) se double d’une nature généreuse dont un des points d’orgue est ce curieux trou du grand-duc, un point de vue sur la Lesse accessible via un escalier vertigineux aménagé dans une grotte.

Christophe, un de nos hôtes, est féru de botanique et nous a fait admirer dompte venin, hippocrepis, genévrier, scrofulaires, buis, aconit tue loup et bien d’autres plantes dont des tapis incroyables de scolopendres dans une érablière de ravin affectionnée aussi par la lunaire. Le carex penché (carex pendula) était pour moi une première rencontre.

Côté entomologie, le petit coléoptère « crache sang » a maculé le doigt de notre guide d’une petite tache rouge, voulant sans doute faire croire qu’il était blessé.

Du haut d’un promontoire, nous avons profité de la longue vue d’un ornithologue pour visionner le nid du faucon pèlerin, qui semblait bien occupé à ravitailler sa marmaille.

Après une pause en bord de Lesse agrémentée d’une dégustation de délicieux produits très « nature » confectionnés sur place, notamment avec orties et égopodes, nous avons pris la direction de la réserve Natagora de « Devant Bouvignes ». A vrai dire un défi de gestion pour l’équipe de la Régionale locale, puisqu’elle s’étend sur plus de 70 hectares devant majoritairement nécessiter l’intervention humaine pour conserver ses caractéristiques de pelouse calcaire. Les moutons se révèlent ici des auxiliaires précieux pour les gestionnaires.

De nouveau, nous découvrons des plantes caractéristiques telles qu’orpins et hélianthèmes jaunes ou blanches des Appenins.  Pas de chance en ce qui concerne les couleuvres et orvets, qui n’ont pas daigné se montrer malgré les recherches sous les nombreuses plaques posées intentionnellement au sol par les gestionnaires.

En guise de conclusion, notons qu’il est parfois possible de s’entendre avec l’industrie pour tenter de concilier exploitation et protection de la nature, puisque la réserve résulte d’un accord avec la société Holcim, propriétaire des terrains, qui a concédé les coteaux mosans à Natagora pour se réserver le plateau en vue d’y creuser une carrière.

Un très grand merci aux volontaires de la Régionale d’« Entre Meuse et Lesse ».

Déjà, je songe à une nouvelle visite en 2018. Je prends rendez-vous avec les amateurs pour cette même période de fin de printemps si favorable aux observations.

André Houbart

Avec l’aimable concours de Frédéric Chevalier

Article publié à l'origine dans la Feuille de Chou n°59 (Juillet-Août 2017)


12 mois d'activités en images : 2016

Gestion de la mare aux Jardins participatifs d'Etterbeek, gestion de la réserve naturelle "Le Broek", excursions diverses, conférences au Silex, etc. De plus en plus de sympathisants et de volontaires ! Après dix ans d'existence, Natagora Bruxelles se porte bien.

Lisez le document ci-joint pour avoir un résumé en images des principales activités de l'année 2016.


26 mars 2017 : Natagora Bruxelles célèbre ses 10 ans d'existence !

A l'occasion des 10 ans de Natabru, une journée festive a été organisée le dimanche 26 mars 2017 aux Halles Saint-Géry à Bruxelles.

Au programme, l'inauguration de l'exposition "Dix ans de nature en capitale !", des discours, un pique-nique printanier et une animation musicale haute en couleurs par les Trou'vers.

De nombreuses photos et de longs extraits des discours sont disponibles dans la section "10 ans" du site.


20 novembre 2016 : Échos de la bourse aux plantes sauvages

Comme les hirondelles annoncent le printemps, la traditionnelle bourse aux plantes de Natagora nous rappelle que l’hiver est à nos portes et qu’il est temps de penser aux plantations de fin d’automne. « À la Sainte Catherine, tout arbre prend racine », proclame le dicton. Voilà pourquoi la date est systématiquement proche du 25 novembre.

Bel événement familial du calendrier bruxellois, la bourse a rassemblé 500 à 550 visiteurs et a permis de vendre à prix très compétitifs 200 petits fruitiers, 158 plantes grimpantes et 775 arbres et arbustes sauvages de nos régions (dont des plantes plus discrètes dans la nature telles que les pommiers et poiriers sauvages, le nerprun purgatif, la bourdaine, le fusain et le cornouiller mâle).

Inutile donc de venir à la bourse aux plantes pour choisir vos plantes d’intérieur, ce n’est pas le but du jeu ! Par contre, si vous souhaitez planter ou replanter une riche haie variée, vous êtes à la bonne adresse. Si vous êtes plutôt fleurs qu’arbustes, une belle variété de graines a été présentée à la vente pour votre plus grande satisfaction.

Outre l’engagement volontaire d’une vingtaine de membres de Natagora, de nombreuses associations ont enrichi l’évènement de leur présence active : qu’il s’agisse de la section AVES de Bruxelles, de l’asbl Tournesol, de Good Planet, de notre Régionale de Natagora, des composteurs de Worms, de la Ferme des Pilifs, des Maîtres Maraîchers ou du collectif de Laeken et de leur kiosque à graines, tous ont apporté un plus très bienvenu.

Diverses animations ont aussi enrichi cette belle journée. « Les 3 lézards » ont proposé leur musique intime et chaleureuse et le « Boring Team » a improvisé une conférence.

Échange de plantes, ateliers, conseils d’experts, visites guidées de l’espace nature et de la mare : voilà de quoi passer toute une journée dans une ambiance décontractée, et ce d’autant plus que la restauration était assurée par Kamilou.

Une trentaine de personnes ont répondu à une enquête qui a permis de constater que la grande majorité venait pour la première fois à la bourse aux plantes. La plupart n’étaient pas (encore) membres et participaient donc aussi pour la première fois à une action de Natagora. Une excellente occasion de recruter, ce qui fut fait ! L’enquête a également révélé l’importance du web pour la communication de l’évènement, Facebook ayant d’ailleurs pris le pas sur le bouche-à-oreille.

Une nouveauté possible pour 2017, proposée par un visiteur : développer une activité pour les enfants, qui pourrait s’imaginer avec « Jeunes et Nature ». Tout reste ouvert pour l’avenir et l’imagination doit rester au pouvoir !

André Houbart

 

Cet article a été publié pour la première fois dans la "Feuille de Chou" n°57 (mars-avril 2017) de Natagora Bruxelles.


12 mois d'activités en images : 2015

Concours photo "Du vert en stomelings : quand la nature reprend sa place", exposition photo "La nature au fil des saisons", activités des différents groupes de travail, assemblée générale, recensement des mammifères: la régionale bruxelloise de Natagora n'a pas chômé !

Lisez le document ci-joint pour avoir un résumé en images des principales activités de l'année 2015.


22 mars 2015 : Assemblée annuelle

Ce 22 mars s'est tenue la dernière assembée annuelle de notre régionale. Au programme, un repas convivial, la présentation de nos réalisations et perspectives pour 2015, l'approbation des comptes 2014 et du budget 2015 et pour terminer une promenade en collaboration avec Coordination Senne et La Promenade Verte de Neder-over-Heembeek.


12 mois d'activités en images : 2014

Gestion de la zone humide du Broek à Uccle, recensement des chevreuils en Forêt de Soignes, observation des araignées, conférence sur les chauves-souris, des participations à des événements de tous bords et plein d'autres choses encore.

Pour en savoir plus? Lisez le résumé en images de 2014 !


27 et 28 septembre 2014: Village des Régionales et Expo photos d'AVES

Durant le dernier week-end de septembre, la régionale de Bruxelles a participé au village des régionales, au cœur de l’expo photos d’AVES. Nous y avons, entre autres, présenté notre maquette de maison écologique, très appréciée des petits et des plus grands!

Ce rendez-vous namurois fut l’occasion de rencontrer outre le grand public, les autres régionales et le staff de Natagora. Un agréable moment de partage et de convivialité donc!


Vernissage de l'expo-photos: le Canal de la Senne, un couloir écologique au coeur de Bruxelles

Des moustiques dans la nuit, un crabe qui porte le chapeau, des canards qui vous montrent leur derrière, une libellule qui vous sourit: voilà ce qui vous attend, entre autres, aux Halles Saint-Géry à l'expo-photos de Natagora Bruxelles.

Jason Bickley nous a ramené quelques photos du vernissage et de la remise des prix.


Natagora a fêté ses 10 ans ce dimanche 29 septembre 2013 au Parc de Bruxelles (Parc Royal)

Vous avez été très nombreux à fêter avec nous les 10 ans d'actions de Natagora au service de la nature ! Merci à tous !

Au programme: 40 activités de découverte de la biodiversité, festival de fanfares déambulantes, marché bio, village associatif, interviews décalées de personnalités, animations pour toute la famille, artistes de rue et théâtre-action… Les activités s’adressaient aux petits comme aux grands, aux spécialistes comme aux amateurs, aux naturalistes comme aux fêtards ! Avec entre autres la participation de Vincent Taloche et Bert Kruysmans.


Samedi 14 septembre - Découverte du Canal de la Senne

Un ciel bien gris et une pluie persistante attendaient les courageux participants à notre excursion le long du Canal de la Senne. Un groupe de naturalistes de notre groupe de travail Canal-Senne les a menés le long des berges, sur le site Marly et le long du Canal. Bien qu'en pleine mutation, la zone demeure un élément important du maillage vert et bleu bruxellois et accueille une étonnante biodiversité. C'est ce qu’ensemble, nous avons pu (re)découvrir, entre les goûtes… 

Photos: R. Bianchin


Mercredi 22 mai 2013 - visites de terrain et soirée d'information autour du Canal de la Senne

Le mercredi 22 mai 2013, journée mondiale de la biodiversité, Coordination Senne, groupe de travail et partenaire d'Escaut sans Frontières, et Natagora Bruxelles ont organisé deux visites de terrain suivies d'une soirée d'information sur le thème: Le canal de la Senne, un corridor écologique au cœur de Bruxelles'. 

Quelle est l'importance du canal pour la biodiversité en ville? Comment encourager la réalisation d'actes concrets qui favorisent la biodiversité dans la zone du canal?  Telles furent les questions abordées au cours de cette journée, qui a rassemblé plus de cent participants. Pour en savoir plus, consulter la double-page que le journal La Libre a consacré à la thématique.

Notre régionale a développé un dépliant d'information détaillant les actions possibles afin de promouvoir la biodiversité dans cette zone.

Natagora Bruxelles

BNVS - Ostbelgien BNVS - Ostbelgien Natagora - Ardenne orientale Natagora - Ardenne centrale Natagora - Brabant wallon Natagora - Bruxelles Natagora - Centre-Ouest Hainaut Natagora - Entre Sambre et terrils Natagora - Entre-Meuse-et-Lesse Natagora - Entre-Sambre-et-Meuse Natagora - Famenne Natagora - Haute Sambre Natagora - Hesbaye médiane Natagora - Hesbaye Ouest Natagora - Lesse et Houille Natagora - Liège et Basse-Meuse Natagora - Lorraine Natagora - Ourthe-Amblève Natagora - Pays de Herve Natagora - Semois ardennaise Natagora - Marquisat de Franchimont Natagora - Haute Senne Natagora - Vesdre et Ourthe Natagora - Condroz Mosan Natagora - Coeur de Wallonie Natagora - Dendre-Collines
Natagora Lorraine BNVS - Ostbelgien Natagora Ardenne orientale Natagora Lesse et Houille Natagora Hesbaye mediane Natagora Hesbaye Ouest Natagora Entre Sambre et terrils Natagora Brabant wallon Natagora Bruxelles Natagora Seneffe - Braine-le-Compte Centre-Ouest Hainaut Natagora Haute Sambre Natagora Entre-Sambre-et-Meuse Natagora Vesdre & Ourthe BNVS - Ostbelgien Natagora Pays de Herve Natagora Marquisat de Franchimont Natagora Entre-Meuse-et-Lesse Natagora Famenne Natagora Ardenne centrale Natagora Semois ardennaise
Communes de la régionale :

Anderlecht, Auderghem, Berchem-Sainte-Agathe, Bruxelles, Etterbeek, Evere, Forest, Ganshoren, Haeren, Ixelles, Jette, Koekelberg, Laeken, Molenbeek-Saint-Jean, Neder-Over-Heembeek, Saint-Gilles, Saint-Josse-ten-Noode, Schaerbeek, Uccle, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour prserver la biodiversit des habitats naturels en Wallonie et Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !