Aller au contenu principal

Mesures de gestion

Si aucune gestion n’était réalisée, les réserves du Broek et de Neerpede feraient face aux risques de:

  • perte des espèces typiques des prairies humides remplacées par des végétations de type mégaphorbiaies;
  • évolution vers un bois humide dominé par des saules et présentant un intérêt biologique moins important;
  • assèchement prononcé des sites.

Cette évolution vers un milieu boisé plus banal n’est pas l’option retenue. En effet, les prairies humides et roselières et le cortège d’espèces associé sont des habitats beaucoup plus rares et menacés en région bruxelloise. De plus, les milieux boisés sont localement déjà bien représentés sur la région. Dans cette optique, des mesures de gestion favorisant l'ouverture des sites sont réalisées régulièrement par la Commission de Gestion.

Mégaphorbiaies 

Afin de conserver les faciès présents dans ces zones humides, les mégaphorbiaies sont gérés par une fauche en rotation sur 3 ans, afin de contrôler le développement des ligneux et de maintenir les plantes de prairie. La période de fauche se situe en fin d’été – début de l’automne (octobre). Ce régime peut cependant être adapté en fonction des observations sur le terrain. Le produit de fauche est ramassé et entassé sur un nombre limité de tas de foin.

Bois 

Les arbres intéressants et caractéristiques pour des bois alluviaux doivent être identifiés (Prunus padus, Salix sp., Fraxinus excelsior, Ulmus sp.,...). Si nécessaire, leur développement sera favorisé par des coupes et tailles sélectives. Une gestion de sécurité sera assurée.

Bosquet de saules 

Les arbres dans le bosquet de saules sont gérés en taillis, grâce à une coupe basse tous les 5 à 10 ans. Certains arbres sont taillés en têtards pour favoriser certaines espèces animales, par cycle d’intervention de 4 à 6 ans. Sur des arbres qui n’ont pas été gérés depuis plus de 10 ans, une remise en forme sur 2 ans sera effectuée, en laissant quelques branches pour mieux déclencher le transport de la sève en début de saison.

  Gestion hydrologique 

La réserve du Broek profite d’une source, dont les eaux peuvent facilement être récupérées dans la réserve moyennant une canalisation légère, ainsi que des eaux de ruissellement des voiries. La réserve de Neerpede est quant à elle alimentée par les eaux qui viennent de la grand roselière en amont du ruisseau qui traverse le site. L’eau de suitement est ferrugineuse.

  Mares 

Les mares, creusées lors des premières phases de restauration des sites, sont colonisées par les batraciens présents. Un curage phasé tous les 5-10 ans est prévu pour maintenir cet habitat ponctuel. 

  Faune et flore 

Les mesures de gestion décrites ci-dessus sont favorables à une grande partie des espèces présentes et recherchées sur les sites. De plus, il est essentiel d’effectuer les travaux de fauchage, débroussaillage et curage de manière phasée, afin que la faune présente puisse compléter tranquillement son cycle de vie annuel (ou pluriannuel). Pour certaines espèces, favoriser le développement et la prolifération des plantes hôtes et/ou habitats préférés reste intéressant: Thécla du bouleau, Prunus spinosa, Thécla de l’orme, Ulmus sp., Saules têtards, Rousserolle effarvatte et Bruant des roseaux, etc.

  Monitoring et surveillance

Les actions de suivi des communautés et d’espèces-cibles font partie des priorités à mettre en place par la Commission de Gestion. Elles comprendront idéalement:

  • Suivi de la végétation: les milieux pourraient être suivis par des inventaires botaniques en plein sur base pluriannuelle (4-5 ans). Cette méthode pourrait permettre de tirer des conclusions intéressantes quant à l’évolution des milieux mis en réserve naturelle;
  • Suivi de l’avifaune: un suivi par points d’écoute permettrait également de mettre en évidence l’évolution des oiseaux. Un suivi des oiseaux hivernants pourrait compléter ces informations;
  • Suivi des papillons rhopalocères: ce type de suivi pourrait mettre en avant les impacts des modes de gestion et de la restauration des milieux ouverts de la réserve;
  • Suivi des orthoptères: le suivi des criquets et sauterelles pourrait également permettre de suivre la gestion par fauche en rotation; 
  • Suivi des libellules: ce groupe animal est en effet très sensible à ce type de gestion. Leur suivi serait à la fois qualitatif (nombre d’espèces) et quantitatif (nombre d’individus).

  Accessibilité 

Vu les petites superficies et les milieux sensibles, l’accès aux réserves se limite de préférence aux visites guidées pour lesquelles un sentier a été aménagé, et aux activités de gestion. 

Pour en savoir plus sur les mesures de gestion appliquées au sein des réserves gérées par Natagora Bruxelles, contactez la Commission de Gestion.

Partager sur :Email

Soutenez Natagora

Vous aimez la nature ? Aidez-la !

Participez avec Natagora à la préservation de l’environnement en Wallonie et à Bruxelles. Apportez votre voix à la nature en devenant membre de Natagora et soutenez activement nos actions en rejoignant notre groupe de volontaires.
 

JE DEVIENS MEMBREJE VOUS REJOINS

Faire un don

Vos dons rendent possibles toutes les actions de notre groupe de volontaires en faveur de la biodiversité. Déductibilité fiscale à partir de 40 € de dons par an.

JE FAIS UN DON